RSS    

Le Concert de Radu Mihaileanu

Publié le 31 octobre 2009 par Bamboo :: Cinéma, Musique

Affiche Le Concert

Avant-première en présence de l’équipe du film le 23 octobre 2009 au théâtre du Châtelet. Ponctuée par un concert en direct. Retransmise dans différents cinémas en France.

Synopsis :
A l’époque de Brejnev, Andreï Filipov était le plus grand chef d’orchestre d’Union soviétique et dirigeait le célèbre Orchestre du Bolchoï. Mais après avoir refusé de se séparer de ses musiciens juifs, dont son meilleur ami Sacha, il a été licencié en pleine gloire. Trente ans plus tard, il travaille toujours au Bolchoï mais… comme homme de ménage. Un soir, alors qu’Andreï est resté très tard pour astiquer le bureau du maître des lieux, il tombe sur un fax adressé au directeur : il s’agit d’une invitation du Théâtre du Châtelet conviant l’orchestre du Bolchoï à venir jouer à Paris… Soudain, Andreï a une idée de folie : pourquoi ne pas réunir ses anciens copains musiciens, qui vivent aujourd’hui de petits boulots, et les emmener à Paris, en les faisant passer pour le Bolchoï ? L’occasion tant attendue de prendre enfin leur revanche…

On attendait beaucoup du film Le Concert, on attendait tant de Radu Mihaileanu après Va, vis et deviens. La projection terminée, on garde une impression de gâchis et un arrière-goût de déception.

Le scénario recelait tous les éléments pour permettre à l’œuvre de prendre son envol. On voulait se sentir complice de cette imposture rocambolesque, de ces pérégrinations ubuesques. On se disait qu’on porterait un regard interrogateur, sorte de « vue de l’intérieur » sur une certaine réalité historique (la persécution antisémite et la condition des artistes sous Brejnev et consorts). On pensait que les vertiges de la création de Tchaïkovski donneraient un souffle unique. Les accents de l’âme slave. Des sons éphémères aussi fugaces que la gloire du Maestro. Mais…

Le registre emprunté est supposé celui de la comédie dramatique. Ne serait-ce plutôt une comédie tirée vers la farce et les caricatures ? Le tempérament russe est dépeint cliché après cliché – que ce soit à travers une scène de mariage au parfum de nouveaux riches, qui vire au règlement de comptes entre mafieux ou le comportement de la troupe des ex-musiciens-pieds nickelés. Soulards, indisciplinés, intéressés par l’argent dès lors qu’ils arrivent à Paris…hormis que leurs grands cœurs les rachètent de tout. Un stéréotype de pied en cape. Tout, ou presque, est à l’avenant.

On ne comprend pas bien, pourquoi persister à faire tant de mystère autour d’un secret qui n’a rien de honteux ; tout au contraire puisqu’il permet à la jeune musicienne de comprendre et d’accepter telle une apaisante évidence, sa filiation parentale et musicale.

Entre le débordement et la plus stricte retenue, la marge était suffisante pour trouver la juste note. Les bons sentiments et le désir étaient là. Cela aurait pu être… Cela aurait dû être… Il reste la scène du concert, fort belle, au cœur du théâtre du Châtelet somptueusement filmé et le jeu de trois comédiens russes confondant de spontanéité et d’émotions.

Le Concert de Radu Mihaileanu (France)
Sortie en salle le 4 novembre 2009

• CREDIT PHOTO | EUROPACORP •

• EDIT | le 1er novembre 2009 •

Afin de satisfaire certains fétichistes podophiles, une photo de ce que j’avais aux pieds ce soir là : d’épais souliers (pour contrebalancer le riquiqui mini sac à main).

Soirée Le Concert

  Tags : ,
Les commentaires et les trackbacks sont fermés

3 commentaires

  1. Pierre
    Le 3 novembre 2009 à 06:31 | Permalien

    Superbe ! et dire que ce qu’il y à dans le soulier est encore plus joli !!!

  2. Michel
    Le 7 novembre 2009 à 20:02 | Permalien

    Pierre étant un épicurien, je ne peux que le croire :roll: