RSS    

Tomorrow, tomorrow never comes…

Publié le 16 avril 2009 par Bamboo :: Cinéma

Dans les salles depuis ce mercredi 15 avril, une reprise à ne pas rater :


Bugsy Malone
de Alan Parker (Royaume-Uni)

Bugsy Malone

Un soir de prohibition… Une descente musclée au Grand Slam, le cabaret-club du chef mafioso « Fat » Sam Staccato. Dandy Dan – le bien nommé a envoyé ses hommes faire un carnage. Non satisfait d’être le gangster le plus élégant, Dan le dandy détient l’arme ultime : la mitraillette à crème, de quoi détrôner rapidement le traditionnel lancé-tarte-crème-chantilly, et projette ainsi de faire main basse sur tout le district de New York. C’est la guerre déclarée. Fat Sam engage alors Bugsy Malone, séducteur et combinard à la petite semaine pour s’emparer de l’engin destructeur et éliminer son rival. Or le boulot de Bugsy s’avère plus délicat encore, le voici contraint de régler dans un même temps ses affaires de cœur, convaincre la charmante Blousey Brown dont il est tombé amoureux que Miss Tallulah, la jolie poule de Fat Sam n’est rien pour lui.

Humour et créativité sont au rendez-vous pour la première réalisation d’Alan Parker. Avec Bugsy, ce dernier parvient à revisiter le film de gangsters, à mi-chemin entre les polars de « durs » (à la Humphrey Bogart ou à la James Cagney) des années trente et les comédies musicales (Victor, Victoria version Blake Edwards). S’ajoutent un soupçon de l’atmosphère music hall de Broadway (ces spectacles en haut de l’affiche parfois justement tenus par des enfants) et la spontanéité rafraîchissante des jeunes interprètes. Une délicieuse parodie parsemée de clins d’œil pétillants, une réussite dans un genre totalement à part.

Tallulah (Jodie Foster), vamp en devenir
Tallulah (Jodie Foster), vamp en devenir

___

Fat Sam (John Cassisi), chef de gang du clan italien
Fat Sam (John Cassisi), chef de gang

___

Bugsy (Scott Baio - à droite) armé d'un Splurge Gun
Bugsy (Scott Baio – à droite) armé d’un Splurge Gun

___

Fat Sam entarté
Fat Sam entarté

• CREDIT PHOTOS | CARLOTTA Films •

  Tags : ,
Les commentaires et les trackbacks sont fermés