RSS    

Ma vie secrète à Bangkok (ou ses environs !) | 3

Publié le 25 octobre 2013 par Bamboo :: Thailande & Co

Dans mon précédent billet, je rapportais que le fondateur de Cabbages and Condoms souhaitait que les préservatifs soient aussi faciles à acheter que du chou. Mais ce n’est pas exactement le chou que vous imaginez ! C’est d’une autre espèce de « cabbage » dont il est question.

Il existe un légume très très répandu en Asie, le swamp cabbage ou plus joliment liseron d’eau. Comestible, il est souvent cuisiné un peu partout dans ces pays. Pour ceux qui connaissent, il s’agit bien des liserons d’eau sautés N° 64 au menu de votre resto-traiteur chinois attitré. Or, en Thailande, ce plat est devenu une légende…

LE ROI DE LA SOUPE DE RIZ et DES LISERONS D’EAU SAUTES VOLANTS DANS LE CIEL (1)
[Texte ci-dessous traduit par mes soins de la rubrique « à propos » – page officielle Facebook car je n’ai trouvé aucune version anglaise de la page. Une super aventure commerciale dans la tendance storytelling préconisé aujourd’hui, non ?]

Au commencement (en 1983), c’était une échoppe ambulante comme une autre – sans nom – appartenant à deux frères. On y servait de la soupe de riz (2), du soir jusqu’au petit matin. Le stand avait son emplacement au marché de nuit, lequel s’installait chaque soir au bord de la rivière Naan dans la province de Phitsanulok. Un an plus tard, ils ouvrirent un deuxième commerce, cette fois une boutique en dur plus grande, en centre ville : rue du Prince noir. Ils commencèrent pour le fun à y faire des démonstrations de lancée de liserons sautés. Cela attira des curieux, amusés par cette pratique étrange de faire voltiger des légumes jusque dans l’assiette des clients. Les amateurs affluèrent en masse. Le quotidien national Thaï Rat publia une critique élogieuse du lieu en le désignant comme « Là, où on prépare des liserons d’eau sautés qui volent dans le ciel ». Dès lors l’enseigne fut définitivement trouvée, on allait chez le roi de la soupe de riz et des liserons d’eau volants. L’activité se développa au long des années jusqu’en 1993, quand le grand frère dut déménager vers la province de Chonburi. Les deux commerces de leur début furent vendus. Cependant s’ouvrit une nouvelle boutique dans le quartier Nord de Pattaya toujours sous le même nom avec une traduction en plus « Flying vegetable restaurant« . Le show spectaculaire s’adressait désormais également aux touristes étrangers. Divertissement très apprécié ! Ils firent l’objet de plusieurs reportages. Invités au Japon, à Taiwan, aux Etats-Unis… Cette réputation toujours grandissante leur permit d’ouvrir un autre restaurant dans le quartier Centre de Pattaya…

(1) A l’évidence, une traduction pour le plaisir au mot à mot près  !
(2) La soupe de riz et toutes ses variantes (congee, chok…) est appréciée tard le soir ou tôt au petit déjeuner, parce qu’elle est digeste.

Image de prévisualisation YouTube

Si par hasard, vous venez à Pattaya, pourquoi ne pas tenter cette expérience spéciale ? Du quasi coude à coude avec plein de monde, des prix bon marché, des plats sans chichi mais bons ! Comme quoi, il n’y a pas que des Go-go bars dans cette ville (à la très mauvaise réputation faisant régulièrement la une des émissions racoleuses, vous voyez ce que je veux dire). On est d’accord, le côte dangereux pour le cuistot mis à part, c’est du cirque, délirant ! Et aussi un moment rigolo et convivial ! Les Thaï que vous croiserez sur place, eux-mêmes vous le diront.

Où c’est ? Cliquez.

Racha Congee Phak Bung Loy Fa carte

Infos supplémentaires :

L’héritage des légumes sautés et volants est resté très vivace dans la province de Phitsanulok, où cette histoire a débuté. Je n’ai jamais eu l’occasion de tester (mais j’aimerais !), je vous renvoie à cette vidéo diffusée par l’office du tourisme thaï (TAT). Ah tous ces objets volants ! Je vous ai dit que les glaces volantes en Thaïlande sont délicieuses ? Promis dans un prochain billet…

  Tags :
Les commentaires et les trackbacks sont fermés

2 commentaires

  1. IrisTouch
    Le 22 janvier 2014 à 08:21 | Permalien

    Ce carnet de voyage est vraiment dépaysant ! Merci Bamboo !